Un cadre de vie décent pour tous les Camerounais

Pour améliorer le cadre de vie des citoyens, j’entends :

  • Développer les logements sains, sûrs et abordables
  • Développer une urbanisation inclusive et durable avec des espaces verts et des aires de jeu dans toutes nos communes.
  • Donner accès à des espaces verts sûrs et disponibles
  • Protéger notre histoire culturelle et artistique
  • Promouvoir un système de transit urbain abordable et efficace
  • Encourager l’assemblage des équipements de transit urbain au Cameroun.
  • Promouvoir l’utilisation des matériaux locaux.
  • Mettre en place une véritable politique des logements sociaux en milieu rural et urbain.
  • Amener les communes à développer des plans d’occupation des sols, afin de freiner l’expansion horizontales des villes.
  • Mettre sur pied une Banque de l’Habitat pour faciliter l’octroi du crédit à tous les travailleurs de tous les secteurs en début de carrière pour s’offrir un logement, en fonction de leur statut.
  • M’assurer que tous les Camerounais ont accès aux toilettes convenables et modernes.
  • Donner le monopole de la production et de la distribution de l’eau aux communes.
  • Améliorer la qualité de l’eau et le traitement des eaux usées.
  • Mettre sur pied des systèmes intégrés de management de l’eau et du traitement des eaux
  • Augmenter le nombre de famille ayant accès à l’eau potable à 50%.
  • Protéger et restaurer les écosystèmes aquatiques.

POUR NOS ROUTES

Je ne ménagerai aucun effort pour réhabiliter, développer et densifier les infrastructures de communication, étant entendu qu’elles sont à la base de toute politique de développement.

Je mettrai en place une agence nationale des routes chargée de la gestion et de la maintenance des routes nationales. Cette agence aura la responsabilité de la maintenance instantanée de nos routes pour ne plus permettre l’existence des nids de poules qui s’agrandissent de manière incontrôlable pour la fortune publique.

Au titre des routes principales à réhabiliter ou à bitumer en priorité, je citerai les tronçons :

  • KOUSSERI – MALTAM – AFADE - FOTOKOL
  • MALTAM – DABANGA – WAZA – MORA – MAROUA
  • GAROUA – NGONG – MBE – NGAOUNDERE
  • FOUMBAN – MAGBA – BANKIM – MAYO DARLE - BANYO – TIBATI – NGAOUNDAL – MEIGANGA
  • BERTOUA – BATOURI
  • EBOLOWA – AKOM II – KRIBI
  • EDEA – BONEPOUPA
  • BABADJOU – BAMENDA
  • BAMENDA – BABESSI – NDOP – JAKIRI – KUMBO – NDU – NKAMBE – MISAJE – WUM – BAFUT – BAMENDA (RING ROAD)
  • LOUM – TOMBEL – KUMBA – EKONDO TITI – MUNDEMBA
  • NDIKINIMEKI – NITOUKOU - BOKITO – YANGBEM – KELENG – NGUIBASSAL – BOT MAKAK – BOUMNYEBEL
  • BOUMNYEBEL – ESEKA – LOLODORF – BIPINDI – KRIBI

Les routes suivantes, d’une importance socio-économique stratégique devrons bénéficier d’une attention particulière du gouvernement pour leur réhabilitation et construction. Le passage au Fédéralisme conduira au transfert de certaines de ces routes aux états fédérés ou régions et facilitera leur réhabilitation ou construction. Il s’agit des tronçons suivants :

  • KOUSSERI – GOULFEY – MAKARI – BLANGOUA
  • MORA – MAYO MOSKOTA – KOZA – MOKOLO
  • MORA – MERI – ROUTE MORA – MAROUA
  • MOKOLO – MOGODE – BOURRAH – MAYO OULO – DEMBO – GACHIGA – GAROUA
  • MAROUA – BOGO – MAGA
  • MAROUA – MINDIF – LARA
  • MAROUA – DARGALA – MOULVOUDAYE – YAGOUA
  • BOUGAY – DOUKOULA – TCHATIBALI
  • BOGO – DARGALA – MINDIF
  • NGONG – LAGDO – REY BOUBA – TCHOLLIRE
  • GOUNA – POLI
  • NGAOUNDERE – TIGNERE – GALIM TIGNERE – TIBATI
  • YANGAMO – GOURA – KETTE
  • ABONG- MBANG – MINDOUROU – LOMIE – MESSOK
  • BATOURI – KENTZOU – GAMBOULA
  • NGOURA – NDELELE – GARI GOMBO – YOKADOUMA
  • YABASSI – NKONDJOK – BAFANG
  • YABASSI – SOLE – LOUM
  • NITOUKOU – BOKITO
  • NITOUKOU – NDOM – NGAMBE – MASSOK – POUMA
  • MVANGAN – NSELANG – MENGONG
  • EDEA – DIZANGUE – MOUANKO – YOYO
  • NKAPA – BONALEA
  • IDENAU – KOTTO – BAI - MBONGE
  • DSCHANG – ALOU – MENJI – TINTO – BAKEBE
  • NKOUNG NI – BATCHAM – MBOUDA
  • MBOUDA – GALIM – BALIKUMBAT – BABESSI
  • MBALMAYO – AKONO – NGOUMOU – MAKAK – ESEKA
  • BAMENDA – MBENGWI – NJIKWA – ANDEK – WIDIKUM
  • WUM – BENAKUMA – AKWAYA – MUKAYANG – MAMFE
  • MELONG – BANGEM – NYASSOSSO – TOMBEL
  • NGOULEMAKONG – AKOEMAN - NKOL METET – ENDOM – BENGBIS
  • BOT MAKAK – NGONG MAPUBI – DIBANG – AXE LOURD
  • POUMA – MESSONDO – MAKONDO – AXE LOURD

Les tronçons suivants recevront une considération toute aussi importante :

  • KOUSSERI – LOGONE BIRNI – ZINA – POUSS – GUEME – YAGOUA
  • MAGA – POUSS
  • MAKARI – HILE HALIFA
  • MORA – KOLOFATA
  • NGONG – TCHEBOA – TOUROUA
  • AYOS – KOBDOMO – MBOMA – NGEULEMENDOUKA – DOUMETANG – DOUME
  • NGUELEMENDOUKA – MBET
  • KOBI – MBANG
  • ATOK – MESSAMENA
  • MENGANG – OLANGUINA – ROUTE AWAE – ESSE
  • AWAE – ESSE – EDZENDOUAN – OBALA
  • ESSE – AFANALOUM – LEMBE YEZOUK
  • YABASSI – YINGUI – NITOUKOU – NDIKINIMEKI
  • LOLODORF – MVENGUE – NGOMEDZAP – MENGUEME
  • NGOMEDZAP – BIWON BANE – EBOLOWA
  • EBOLOWA – BIWONG BOULOU – MVANGAN – SANGMELIMA
  • DIBOMBARI – MIANG – BONALEA
  • MUNYENGE – BAI
  • MBONGE – BAMUSSO
  • MUNDEMBA – ISANGELE – AKWA
  • KUMBA – MATOH
  • MUNDEMBA – TOKO – DIKOME BALUE – EKOMBE
  • DIKOME NGOLO – MANYEMEN
  • SANTA – ASHONG - BATIBO
  • BATCHAM – BABADJOU
  • JAKIRI – BANGOUREN – KOUOPTAMO – BAMENDJING – GALIM
  • KOUOPTAMO – AXE FOUMBOT – FOUMBAN
  • FOUMBAN – MASSANGAM – MALANTOUEN – FOUMBAN
  • MALANTOUEN – NGAMBE TIKAR – YOKO
  • BAFIA – BOURA - MBANGASSINA – NTUI
  • BAFIA – NGORO – NYAMOKO – NGAMBE TIKAR
  • KUMBO – MBIAME – MAGBA
  • NDU – NWA
  • FUNDONG – WEH – ESU
  • WEH – ZOA – FURU AWA
  • NKAMBE – AKO
  • BAZOU – NTONGA
  • MEYOMESSALA – BENGBIS – AKONOLINGA
  • YOKADOUMA – SALAPOUMBE – MOULOUNDOU
  • KRIBI – NYETE

POUR UN NOUVEAU CHEMIN DE FER NATIONAL

Au regard de l’importance du Chemin de Fer pour le développement de notre pays, je mettrai un accent particulier sur la réappropriation de notre souveraineté, la modernisation du réseau et des équipements ainsi que l’extension du linéaire.

Pour ce faire, j’entends :

  • Passer à un écartement standard de 1435 mm sur l’ensemble du réseau
  • Réhabiliter les voies existantes en améliorant leur performance par :
    1. Le doublement des voies
    2. L’électrification des lignes
    3. La réhabilitation des ponts et viaducs du réseau pour les adapter à la grande vitesse
    4. Le réajustement du tracé pour l’adapter à la grande vitesse
    5. La réhabilitation des lignes abandonnées et leur passage à un écartement standard
  • Construire le chemin de fer à double voies Ngaoundéré – Garoua – Maroua – Kousseri
  • Œuvrer avec le gouvernement de la RCA pour la construction du Chemin de Fer Bélabo -Bertoua – Batouri - Berberati – Bangui.

POUR UN NOUVEAU DEPART AERIEN

Au regard de mon expérience qui a fondé ma compréhension du transport aérien, je sais ce qu’il faut faire pour redonner à notre pays une véritable 11ème région dans les airs.

Pour redonner des ailes à notre pays, j’entends :

  • Faire de Douala un véritable hub aérien
  • Construire une ville aéroportuaire avec :
    • Un aéroport moderne et fonctionnel à 2 pistes
    • Un centre de maintenance et technique
    • Un centre multimodal pour le fret
    • Un centre commercial
    • Un centre de conférences
    • Une gare-voyageur
    • Des hôtels
  • Refaire de la compagnie nationale une grande entreprise de transport aérien qui comprendra :
    • Une compagnie dédiée aux vols régionaux et longs courriers
    • Une compagnie dédiée aux vols domestiques et courts courriers
    • Une compagnie dédiée à l’aviation générale
    • Une entreprise dédiée aux services aéroportuaires
    • Une académie de l’aviation

POUR NOS GRANDES METROPOLES

Pour rendre nos grandes métropoles de Douala et Yaoundé plus compétitives et attractives, il est urgent d’investir de façon intelligente dans quelques infrastructures urbaines importantes.

A Douala

  • Une autoroute de contournement (périphérique) autour de la ville
  • Un troisième pont sur le Wouri (Bonamoussadi – Jebalé – Bonendallè – Echangeur Bekoko)
  • Développement d’un véritable « Central Business District » à Bonanjo.

A Yaoundé :

  • Une autoroute de contournement (périphérique) autour de la ville.

POUR L’ENERGIE  

Je m’engage à passer à 3000 MW de puissance installée en 7 ans pour réduire le prix de l’énergie à la consommation. Avec l’aide des technologies de demain nous tablons sur 6000 MW de puissance installée d’ici à 2030.

Le Cameroun étant inondé de cours d’eau, je promouvrai le développement de la micro et la mini-hydroélectricité dans les communes pour démocratiser la production locale de l’énergie.

Je mettrai un accent particulier sur l’accélération des projets déjà identifiés de barrages hydroélectriques et en ferai une ressource durable pour renforcer l’offre d’énergie verte. Il s’agit des barrages de :

  • Nachtigal 420 MW – en finalisation de la mise en place du projet
  • Lom Pangar 30 MW – en cours de construction
  • Mekin 15 MW – actuellement dans une impasse
  • Memvé’ele 210 MW – en cours de finalisation
  • Makay 350 MW – en projet
  • Grand Eweng 1800 MW – en projet
  • Bini à Warak 75 MW – en projet
  • Njock 119 MW – en projet
  • SONG MBENGUE 1000 MW - en projet
  • Sud-Ouest – Centrale Thermique au Gaz Naturel 300 MW – en projet

POUR LES MINES ET LE PETROLE

Je m’engage à revoir fondamentalement les Codes Pétrolier, Minier et Gazier et faire en sorte que l’exploration et l’exploitation du potentiel Camerounais démarre véritablement.

Pour y parvenir, j’entends :

  • Réformer la SNH pour la rendre plus performante.
  • Mettre en place un nouveau plan de monétisation du gaz en vue d’accroitre la consommation locale
  • Faire un inventaire et une carte minière complète du pays.
  • Mettre en place un plan national du développement minier pour faire du Cameroun une destination minière.
  • Mettre en place des mesures pour la transformation locale des minerais.
  • Mettre en place une loi spécifique pour le contenu local dans le secteur des mines et du pétrole.