La transition générationnelle, un changement obligatoire pour notre jeunesse

Qu’est-ce que la transition générationnelle ? C’est un changement complet de mentalités qui part du haut de l’état pour s’implanter dans toute la société. C’est un mode de gouvernance et un modèle de société dans lequel l’expérience ne fait pas tout. Dans une société qui aspire à la transition générationnelle, on met en exergue le talent, la créativité et la capacité d’innovation

Les jeunes doivent être ainsi considérés comme une composante à part entière de la société, susceptible de la mener vers de nouveaux horizons et de contribuer à la croissance économique, au développement et à la reconstruction d’un Cameroun fort et gagnant. Mon mandat, sera donc mis sous le signe d’une nouvelle opportunité donnée aux jeunes de donner le meilleur d’eux-mêmes dans notre société.

Pour s’assurer de faire des offres de gouvernement qui correspondent réellement aux besoins de cette population au cœur du pays, je compterai sur eux pour faire partie de mon équipe. Dans l’attente, j’envisage aussi plusieurs mécanismes dans la nouvelle gestion de notre pays, qui permettront de donner plus de place, de visibilité et de responsabilité aux jeunes dans leur ensemble.

Ainsi, l’une des premières étapes pour accomplir la transition générationnelle sera de former différemment nos enfants. Ainsi, nous intègrerons très tôt dans le cursus scolaire, des formations à la créativité et à l’innovation. De même l’esprit d’entrepreneuriat fera partie des enseignements dispensés à nos enfants. Ainsi, nous élèverons des générations de leaders, prêts à se dépasser et à prendre des risques pour arriver à leurs objectifs.

D’un point de vue plus institutionnel, nous nous assurerons que les jeunes ont accès aux postes de responsabilité de manière effective et obligatoire. Ainsi, nous mettrons en place un programme national 35 :35. Ce dernier exigera que 35% de tous les postes de responsabilité dans les entreprises et administrations publiques, soient occupés par des jeunes de 35 ans ou moins au moment de leur nomination.

De même, pour une vraie transition générationnelle dans le domaine économique, il sera important d’agir contre l’adage selon lequel « on ne prête qu’aux riches ». Cela passera par une obligation faite aux organismes de crédit d’offrir au moins 10% des crédits d’investissements aux jeunes de moins de 30 ans et/ou aux entreprises dont 51% de l’actionnariat est détenu par des jeunes.

La transition générationnelle ne pourra pas se faire, si les jeunes n’ont pas une plus grande capacité de choisir les personnes qui dirigent. C’est la raison pour laquelle sous mon mandat, les jeunes dès 18 ans (contrairement à 21 ans aujourd’hui) seront autorisés à voter. Dans une administration fédérale, où les gouverneurs de régions seront élus, cela donnera le droit au peuple et aux jeunes en particulier d’avoir les dirigeants qui les comprennent.

 

Enfin, pour de nombreuses personnes, avoir des responsabilités suppose avoir de l’expérience. Que ce soit dans les recrutements, que ce soit dans la communication, l’expérience est très souvent considérée comme une condition obligatoire pour être reconnu dans notre société. Or, nos jeunes en sortie d’école, n’auront pas toujours la possibilité d’avoir acquis cette expérience. Comment y remédier ? Avec des mesures qui visent à faciliter et développer les formations professionnalisantes et la formation continue. Quelques-unes d’entre elles :

Accompagnement des jeunes à la recherche de leur premier emploi

La mise sur pied d’un système national d’apprentissage des métiers diplômant en formation double

La mise en place d’un programme visant à promouvoir la validation des apprentissages non formels et informels reçus par les jeunes avant l’avènement du système national d’apprentissage.

 

Comme vous pouvez le constater, nous pouvons si nous le souhaitons réellement rajeunir notre appareil étatique et structurer la vie de notre pays pour donner TOUTE la place à la JEUNESSE. C’est un engagement essentiel pour moi, et grâce à notre mobilisation, nous pourrons ensemble y arriver si nous faisons le choix le 07 Octobre 2018 de la rupture. Il est temps de se mobiliser.