Éducation: Le Cameroun à l'heure de l'école 2.0

Alors que le monde se digitalise à très grande vitesse, le secteur de l'éducation n'est pas en reste. Grâce aux nouvelles technologies et au numérique éducatif, les méthodes de transmission du savoir ont été réinventées. C'est ainsi que dans les pays les plus connectés, on parle désormais d'éducation 2.0.

En rédigeant mon programme politique, économique et social, j'ai exprimé une vision claire: arrimer notre éducation nationale à la nouvelle donne numérique mondiale.

J'ai donc mis l'accent sur des mesures fortes, comme par exemple l'instauration d'un Programme 2.0, basé sur le développement des infrastructures et des capacités numériques des établissements scolaires. Il s'agira notamment de faire des tablettes connectées des outils de travail quotidien pour les plus jeunes. L'objectif étant de faire du numérique un savoir fondamental, au même titre que parler, lire, écrire ou compter. En plus des tablettes, je mettrai en place des manuels scolaires numériques, dans un contexte marqué par une crise profonde du livre scolaire. Ma conviction repose sur le fait que nos enfants doivent être biberonnés très tôt à la sauce du numérique, pour mieux s'intégrer dans leur monde et être utiles, le moment venu, à leur pays.

Tout au long de mon mandat, je procéderai également à la numérisation et à la large diffusion des outils pédagogiques et académiques. Ça permettra d'assurer l'uniformisation des méthodes d'apprentissage à l'échelle fédérale. Évidemment, cela implique la création de bibliothèques scientifiques numériques accessibles à tous. Mais aussi, la possibilité de recevoir des cours en ligne (Mooc: Massive open online courses).

La démocratisation des savoirs étant un phénomène international, nos élèves et étudiants sont désormais obligés de changer leur rapport à la documentation et aux méthodes classiques d'enseignement. Ils devront régulièrement consulter leurs cours en ligne, faire des recherches approfondies et même se connecter à des bibliothèques dématérialisées se trouvant à l'autre bout du monde, pour accéder aux ouvrages les plus prestigieux.

Dans la même lancée, je m'engage à ce que nos universités soient équipées de laboratoires du Numérique, pour que nos jeunes étudiants formés sur place, d'ici à la fin du septennat, soient capables de rivaliser avec les génies les plus pointus d'Afrique voire du monde, en matière technologique.

Les enseignants eux aussi devront obligatoirement être outillés pour se mettre à la hauteur des attentes portées sur cette transfiguration de notre système éducatif. 

 À ce titre, je lancerai à l'échelle fédérale un programme de formation et de recyclage du personnel enseignant, afin de les aider à s'arrimer au numérique éducatif. Je ferai en sorte qu'ils aient le matériel pédagogique adapté aux usages et pratiques qu'ils devront maîtriser.

L'éducation 2.0 concerne aussi les professionnels. De passage en Belgique il y a quelques années, j'ai assisté au décrochage de certains salariés d'une entreprise privée, pour la simple raison qu'ils n'arrivaient pas ou alors ne voulaient pas se soumettre au rythme imposé par les nouvelles technologies. Cette situation ne doit pas se produire dans notre pays. C'est pour cette raison que des programmes courts d'initiation au numérique seront instaurés pour les travailleurs en activité. Ceci devra déboucher sur un service public digitalisé, performant et arrimé aux standards internationaux.

L'éducation 2.0 est aussi un moyen de nous réapproprier notre Culture. Je mettrai donc sur pied des programmes visant à promouvoir grâce au Numérique, nos savoirs traditionnels, notre identité culturelle et notre histoire. De cette manière, outre l'objectif didactique, cette initiative répondra à un besoin industriel. En effet, je prévois dans un délai assez court, la mise en place de zones franches de production d'équipements numériques. Nos spécialistes auront ainsi la charge de créer des outils hardware (des appareils, des gadgets, etc.) mais aussi software, c'est-à-dire des applications, des logiciels et des programmes "Made in Cameroon", vitrine de notre savoir-faire et de notre vision du monde.

C'est ici un projet ambitieux qui traduit ma conviction des grandes potentialités de notre pays en matière d'absorption du numérique.

En me donnant la possibilité d'implémenter ces mesures mais aussi celles que vous trouverez en lisant mon programme, vous permettrez à notre pays d'expérimenter une éducation ouverte sur le monde et taillée à l'évolution technologique des sociétés modernes.

Nous avons rêvé de cela ensemble, alors saisissons ensemble cette opportunité unique pour l'avenir de notre grande Nation.